Alors que la Belgique connaît une vague de froid d’une rare intensité et des chutes de neige régulières, de nombreux automobilistes doivent affronter le verglas voiture et les routes glissantes. Alors, quels sont les bons gestes pour rouler sur la neige en toute sécurité ?

Adopter les pneus hiver

L’équipement de la voiture est la première étape indispensable avant d’affronter les routes verglacées. Utiliser des pneus hiver (aussi appelés « contact ») est une façon efficace d’anticiper les risques liés à la conduite sur une chaussée potentiellement glissante. Il est généralement conseillé d’adopter ces modèles de pneus dès que la température extérieure franchit la barre symbolique des 7°C. Ils permettent notamment un meilleur freinage sur la neige, en réduisant considérablement la distance nécessaire à l’immobilisation du véhicule par rapport à des pneus standards.Quel que soit le type de roues dont est équipée la voiture (motrices, propulsion ou traction), il est indispensable d’utiliser quatre pneus hiver afin de conserver un équilibre entre l’avant et l’arrière du véhicule, nécessaire pour optimiser sa stabilité sur les routes enneigées. Ainsi la traction, si elle est uniquement appliquée aux roues motrices, peut devenir un handicap et provoquer un dérapage non contrôlé lorsque le conducteur effectuera un virage ou un freinage.

Équiper ses roues motrices de chaînes

Seconde solution plus répandue et plus commode : les chaînes. Si celle-ci est complémentaire avec la première, elle peut suffire dans le cas de routes peu enneigées. Toutefois, l’idéal est d’utiliser à la fois des pneus hiver et des chaînes, qui ne s’installent que sur les roues motrices.

Adapter sa conduite

Quel que soit l’équipement d’une voiture neige, la conduite reste le principal facteur de risques et donc d’accidents. Ainsi, il convient tout d’abord de réduire la vitesse de conduite afin d’anticiper les distances augmentées de freinage. De la même façon, on augmentera les distances de sécurité entre les véhicules, et plus encore sur les grands axes où la vitesse est plus importante qu’en ville. Il est également recommandé d’adopter une conduite douce, sans à-coups, avec des accélérations et des freinages lents et très progressifs. A cette fin, on peut utiliser un rapport de boîte de vitesses plus grand que celui utilisé dans des conditions normales de conduite. Enfin, il convient d’être encore plus attentif qu’à l’accoutumée au comportement des autres automobilistes.

Ne pas paniquer en cas de dérapage

Malgré toutes ces précautions, il peut arriver que la voiture dérape, plus ou moins légèrement. Il convient tout d’abord de rester calme et de ne pas paniquer.Si vous sentez votre voiture neige partir vers l’avant ou vers l’arrière, freiner n’arrangera rien. Pour reprendre le contrôle, il suffit de débrayer afin de libérer les quatre roues pour qu’elles puissant tourner à la même vitesse. Puis, braquez. Si malgré cette opération, votre voiture se dérobe, bloquez les quatre roues en appuyant sur les freins : la voiture tournera mais conservera une trajectoire droite, réduisant les risques de carambolage ou de sortie de route.

Un entraînement en conditions réelles

Rouler neige n’est, malgré toutes ces précautions, pas une partie de plaisir. Si le comportement d’un automobiliste est irréprochable, les risques d’accidents restent bien supérieurs par rapport à des conditions de conduite normales. Une perte de contrôle due à une route étonnamment glissante ou une accident provoqué par une personne moins attentive peuvent suffire. Ainsi, l’idéal pour conduire sereinement lors d’épisodes de neige ou de verglas est de s’entraîner à ce type de conduite particulier. Il existe pour cela des leçons données par des spécialistes : si cela peut rassurer certains automobilistes anxieux, pourquoi ne pas adopter cette solution idéale ?

Grâce à ces gestes simples, il est possible de rouler neige en toute sécurité et en toute sérénité.