Comment fonctionne un filtre à particules ?

Dans le but de préserver la planète, l’Union Européenne fixe les limites maximales de rejets polluants des automobiles. Leur fabrication doit respecter les normes européennes d’émission afin de commercialiser des véhicules verts. Les normes Euro étant de plus en plus sévères, les constructeurs sont contraints depuis le 1er janvier 2011 d’équiper leurs modèles diesel neufs de systèmes de dépollution, tels que le filtre a particules. Voici tout ce que vous devez savoir pour comprendre le fonctionnement FAP et la meilleure façon de l’entretenir.

Rôle et fonctionnement du filtre à particules

Situé dans le pot catalytique après la sortie moteur, le FAP est apparu pour la première fois dans les années 2000 pour réduire les rejets de CO2. Pour cela, il emmagasine les fines particules de carbone en suspension dans les gaz d’échappement des moteurs diesel reconnues pour être cancérigènes et souiller l’environnement. Les parois du filtre à particules, également appelé filtre anti-poussières, se recouvrent alors de couches de suie. Bien que cette saleté peut être détruite en étant brûlées et réduites en cendres, le nettoyage régulier s’avère cependant être incontournable. C’est à cet instant précis qu’intervient le cycle de régénération.

La régénération du filtre a particules

Le dispositif n’a pas la capacité de supprimer les particules en continu. En effet, la température des gaz n’atteint pas les 550° requis en permanence. Il y parvient seulement lorsque le véhicule roule sur l’autoroute. En milieu urbain à une vitesse de 50 km/h, les gaz n’excèdent pas 150° et les cendres s’accumulent nécessairement dans le filtre à particules. Au fil du temps, le filtre anti-poussières s’encrasse, ce qui provoque une diminution des performances du moteur. Lorsque le système de dépollution arrive à saturation, le calculateur déclenche automatiquement une action de combustion indispensable à la régénération du filtre. La régénération se déclenche après environ une demi heure de route, le temps que le moteur soit bien chaud, et intervient à peu près tous les 700 kilomètres. Ces cycles consistent tout simplement à accroître fortement la température des gaz d’échappement à l’entrée du filtre, afin de calciner le dépôt de suie. Pour en arriver-là, le système injecte du carburant non brûlé dans un catalyseur intégré au filtre à particules, qui s’enflammera et produira une chaleur excessive.

Le moment opportun pour changer le FAP

Pour un fonctionnement fap optimal, il est indispensable de procéder au remplacement du filtre obstrué de manière régulière. Il n’existe pas de délai précis pour changer le dispositif, car cela dépend du style de conduite, c’est-à-dire si vous faites davantage de route ou de ville, des conditions d’accumulation des suies, des kilomètres effectués et de la vitesse moyenne. Dans tous les cas, n’attentez pas que le filtre à particules soit trop plein, au risque d’endommager certains organes périphériques comme le turbo, le catalyseur et de polluer autant que vingt moteurs catalysés bien entretenus. En conséquence, le filtre à particules doit faire l’objet d’une attention particulière, surtout que la longévité du véhicule et le respect de la législation en vigueur en dépendent. En prenant soin de le changer de temps à autres, vous avez l’assurance de conserver votre fidèle voiture pendant de longues années et de rester vous aussi en parfaite santé.

De précieux conseils

Le filtre à particules réduit significativement l’impact polluant des moteurs diesel en terme de particules nocives et cancérigènes. Afin de limiter le remplacement d’un système assez onéreux, notez que votre véhicule équipé d’un filtre anti-poussières exige que vous utilisiez des huiles moteur avec des normes spécifiques. Contrairement aux huiles classiques contenant des particules métalliques qui peuvent boucher le filtre, une huile riche en phosphore et soufre préserve le système de dépollution. Enfin, prévenez l’encrassement du FAP en prenant garde de ne pas couper le moteur durant le cycle de régénération. Faites en sorte de faire tourner le moteur suffisamment longtemps, au minimum trente minutes, pour qu’il soit bien chaud, et de ne pas faire trop de bille. Dans ces conditions, le filtre s’obstruera moins rapidement et n’aura pas besoin d’être changé trop fréquemment. Il est bon de savoir qu’il existe des additifs pour abaisser le seuil de combustion des suies. Les saletés brûleront à plus basse température et s’élimineront plus facilement.

commodo mi, sem, Curabitur Praesent massa risus. eget Donec Aenean